banniére1

Congo Brazzaville en 2004

Imprimer

Contexte


Depuis la guerre de 1998, le Congo est en reconstruction post-conflit. En 2002, Denis Sassou Nguesso est élu à la tête de l'Etat.
Ces trois dernières années, la stabilité du pays va croissant et actuellement la sécurité est assurée dans presque tout le pays. La situation économique va également en s'améliorant. La politique d'austérité dictée en 2003 par le Fond Monétaire International a permis durant 2004 un rééchelonnement de la dette extérieure et la signature d'accords préliminaires avec le FMLa République Démocratique du Congo et la Belgique sont unis par des liens historiques, économiques et culturels exceptionnels. Depuis une dizaine d'années, ce géant de l'Afrique a traversé des secousses dramatiques réduisant considérablement le niveau de vie des populations urbaines et rurales. L'indicateur de développement humain (2004) place en effet la RDC au 168ème rang sur 177 pays. La mortalité infantile est de 205 pour mille enfants, l'espérance de vie est de 41 ans.  Le revenu moyen quotidien par personne était en 2001 de moins de 2 USD.

Le délabrement des structures étatiques a entraîné la disparition de la fonction de service public : l'Etat n'étant pas en mesure d'assurer les services qu'une population est en droit d'attendre (santé, éducation, justice,&), la situation sociale s'est ainsi largement dégradée au fil des ans.

La volonté des autorités fédérales belges, d'être à nouveau présente en Afrique centrale et la normalisation politique apparue en RDC avec la signature de l'Accord dit de Sun City, ont accéléré la reprise d'une coopération. Celle-ci a tout d'abord été conçue comme une aide d'urgence au vu des besoins énormes d'une population faisant désormais partie des plus dépourvues de la planète.

Les premières orientations de la coopération APEFE avec la République Démocratique du Congo remontent à l'année 2000, où plusieurs missions d'identification se sont rendues à Kinshasa. L'ouverture d'un bureau de coordination APEFE en avril 2001, a permis le démarrage effectif de premières interventions.
Un Accord de coopération relatif à la mise à disposition de ressources humaines signé le 8 octobre 2001 a consolidé ces relations.
En 2004, douze interventions ont été exécutées par l'APEFE.

Se concentrant dans un premier temps sur le renforcement d'institutions centrales, l'APEFE tend maintenant à s'élargir aux structures périphériques, dupliquant certaines initiatives pilotes à une échelle provinciale voire nationale. Par la présence historique de l'APEFE auprès de l'Université de Lubumbashi, la province du Katanga constitue d'ores et déjà, un second pôle d'intervention après celui de Kinshasa et du Bas-Congo.

Il n'est pas exclu qu'un troisième pôle géographique d'intervention soit appréhendé au cours de 2005. La ville de Kisangani pourrait ainsi constituer le troisième angle d'un triangle géostratégique.
I en vue de l'accession à l'initiative PPTE ( Pays Pauvres Très Endettés). Cette opportunité devrait permettre une relance de l'économie nationale et la concrétisation de la politique de lutte contre la pauvreté conformément à la stratégie élaborée dans le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté en assurant :

  • la promotion de la bonne gouvernance et la consolidation du cadre macro-économique ;
  • l'appui aux secteurs clés et la relance du développement économique, avec comme priorités : le secteur pétrolier, le secteur forestier, le développement rural et la promotion du secteur privé ;
  • l'accès aux services sociaux de base et de protection sociale et ce, par la promotion : de la santé, de l'éducation, le renforcement de la protection sociale et la promotion de la condition des femmes ;
  • le développement des transports, des infrastructures énergétiques, des moyens de communications et des conditions de logement de la population ;
  • le renforcement de la lutte contre le VIH/SIDA.
   
L'accord de partenariat signé le 8 juillet 1990 entre la Région Wallonne et le gouvernement congolais se traduit actuellement par l'appui de l'APEFE au développement rural et privé et ce au travers du secteur Agriculture avec une attention particulière pour les sous secteurs : recherche agronomique, bétail, et vulgarisation agricole.

Projets et interventions


Depuis septembre 2001, l'APEFE mettait à la disposition de son partenaire local la Société de Développement Régionale des Cuvettes et des Plateaux (SDRCP), deux cadres expatriés: un vétérinaire et un comptable.
En juin 2004, suite aux recommandations de la mission d'évaluation menée en décembre 2003, le poste de comptable a été supprimé.

L'intervention APEFE se focalise donc exclusivement sur le secteur « Agriculture ».

Le secteur agricole au Congo est peu développé. La population rurale vit de la culture du manioc, de la cueillette et de la chasse. La population urbaine quant à elle, soit la moitié de la population congolaise, ne consomme que des produits alimentaires importés, à l'exception du manioc.
L'intervention de l'APEFE auprès de la SDRCP se concentre sur la création de petites unités d'élevage de poulets de chair et le développement de structures de production ovine de type « ranching ».

Les objectifs à remplir sont les suivants :

  • créer une cellule agro-pastorale performante et autonome au sein de la SDRCP ;
  • mettre en place une filière ovine reposant sur des petites exploitations de 250 têtes ;
  • développer une filière avicole financièrement autonome dotée de petites unités de 500 poulets.

En 2004, une restriction budgétaire du côté du partenaire local, a nécessité un changement de stratégie et de priorités. Les travaux menés en 2003 sur la zone d'élevage ovin, avaient mis en lumière une carence protéique grave des pâturages, celle-ci pouvant être compensée par l'introduction de légumineuses dans la ration animale. Ainsi, une petite station de recherche agronomique sur les légumineuses fourragères a été mise en place en 2004.

Succès


Les recherches menées au sein de la station fourragère sont réalisées en collaboration avec le milieu villageois et ces nouvelles cultures retiennent leur intérêt manifeste. Huit espèces fourragères font actuellement l'objet d'une étude.
Ce travail bénéficie de l'appui pédagogique de la Faculté Agronomique de Gembloux et sert également de base à la thèse de fin d'étude d'un étudiant Ingénieur Agronome de l'Institut de Développement Rural (l'IDR de l'Université Marien Ngouabi). Il est intéressant de mentionner qu'une précédente thèse, encadrée par le partenariat APEFE-SDRCP, a été brillamment défendue en mars 2004 à l'IDR.
Ce mémoire original a retenu toute l'attention du milieu scientifique congolais.

Connexion